AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour plus de sécurité, nous avons bloqué l'accès au forum pour les invités, les anciens membres de London Calling, peuvent cependant s'inscrire avec leur ancien pseudo, pour découvrir le contenu du forum ~

Partagez | 
 

 • Welcome Home • N&J

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Joanne Scott-Thomas

Messages : 6
Date d'inscription : 08/09/2011


MessageSujet: • Welcome Home • N&J   Sam 10 Sep - 1:39



• Welcome Home •
Noah & Joanne

__________________________________________________________________________

La lumière du salon était tamisée, des bougies étaient allumées, ce qui donnait une atmosphère chaleureuse, romantique et mystérieuse à la fois. Une magnifique table était dressée, Joanne, vêtue d'une sublime robe bleu, attendait la venue de son invité, coupes de champagne à la main. La porte s'ouvrit enfin.

« - Bonsoir chéri.
« - Bonsoir mon ange. Tu m'as manqué tu sais...

Noah se précipita vers la jeune femme et ils échangèrent un baiser passionné. Noah... Oh Noah.
Joanne se réveilla en sursaut, son cœur battait la chamade. Ce n'était qu'un rêve, à son grand désespoir ! La belle frotta ses yeux endormis et regarda autour d'elle. Une fois de plus, elle se réveillait seule dans ce lit bien trop grand pour elle. Joanne ne rêvait que d'une seule chose, qu'un beau jour, un homme, celui dont elle était folle amoureuse, soit là à son réveil, et que ce dernier n'ai aucune envie de fuir par la suite. Mais ce rêve, ne deviendrait jamais réalité. Joanne en était consciente.


Après avoir laissé voguer son esprit quelques instants à ce qui aurait pu être sa vie actuelle si Noah n'avait pas pris la décision de partir au loin, sans laisser d'adresse; Joanne s'extirpa de sous les draps et se dirigea vers la salle de bain où elle prit une longue douche chaude.

Quelques instants plus tard, nous retrouvons notre blondinette assise en cuisine en train de prendre son petit déjeuner. La belle était plongée dans ses pensées lorsqu'elle entendit un petit bruit de pas dernière elle. Un immense sourire illumina alors son visage.


« - Bonjour mon petit coeur. Tu as bien dormi ? Dit elle en prenant sa fille dans ses bras avant de l'embrasser tendrement.
« -Bonchour' maman. Oui, j'â' fais un beau rêve de princesse. Et toi t'as fais de jolis rêves maman ?
« - Oui mon ange, de très jolis rêves...


La jeune mère de famille passa le reste de sa matinée à s'occuper de sa progéniture. Partageant avec elle de beaux moments de complicités qu'elle jugeait inestimables. Joanne adorait passer du temps avec sa fille, elle était son rayon de soleil, sa raison de continuer à vivre.

Étant en vacances, la blondinette profitait de chaque instant en compagnie de sa fille, sachant pertinemment qu'à la rentrée, elle aurait beaucoup de moins de temps à lui consacrer. Mais cet après-midi, elles ne le passeraient pas ensemble. Joanne avait d'autres plans. Leurs anniversaires étant dans deux jours; la jeune maman se devait de préparer une petite fête à la hauteur de l'évènement. Après tout ce n'est pas tous les jours que l'on fête ses 3 ans et ses 23 ans.

Pour ce faire, Joanne avait prévu d'aller faire un petit tour à Oxford, dans un des plus grands centrescommerciaux de la région. Elle y trouverait tout ce dont elle aurait besoin du décor aux cadeaux tout en passant par les ingrédients pour le gâteau.

Joanne pouvait donc compter sur sa mère afin de mettre son plan a exécution. Cette dernière emmènerait la petite Lilly Grace au Zoo durant l'après-midi et au cinéma en début de soirée enfin de soirée afin de laisser la maison libre pour que Joanne puisse commencer les préparatifs.


* * *

C'est à Westgate Shopping Centre que nous retrouvons notre Joanne, les bras chargés de paquets en toute sorte. La belle avait trouvé tout ce qu'elle était venue chercher et était repartie avec plus d'articles que prévu, beaucoup plus, beaucoup trop...

La belle essayait tant bien que mal, de remonter l'allée principale de cet immense centre commercial sans faire tomber ses paquets. Mais la tâche se compliqua lorsque la sonnerie de son portable retentit. Après avoir gigoté dans tous les sens, elle réussi enfin à le sortir de son sac et répondit in extremis.

« - Oui allo ? (..) Oui mon ange. Ça va ? Tu t'amuses bien avec mamie au zoo ? (...)
C'est promis on ira toutes les deux. (..) Non, je ne sais pas, dis-moi. (..) Eh bien dis donc, quel coquin ! (..) Oui bien sur que tu peux rester chez mamie ce soir, si ça ne la dérange pas. Je ... Je... Mon ange... maman dois te laisser,d'accord ?! Je te rappelle plus tard. Je t'aime...


Qu'était il en train de se passer qui puisse pousser Joanne a écourter une conversation avec sa fille adorée ? Un fantôme. Un fantôme venait de surgir devant ses yeux d'un passé heureux et douloureux à la fois... Non, c'était impossible. Son esprit devait lui jouer des tours. Il fallait qu'elle approche. Qu'elle soit sûre que ce ne soit pas qu'une simple illusion.

Joanne s'approcha d'un pas rapide et mal assuré vers un jeune homme qui pianotait sur son portable tout en avançant sans regarder devant lui. Arrivée à quelques mètres de lui, elle s'arrêta brusquement. Il n'y avait plus aucun doute. C'était lui. C'était Noah. Son Noah.

Il leva alors la tête et posa son regard sur elle. Il sembla la reconnaître instantanément car, lui aussi resta immobile. Joanne eut l'impression que le temps venait de s'arrêter. Ils se regardèrent ainsi quelques instants, sans un geste, sans une parole.

Ils y étaient. Enfin. Joanne rêvait de cet instant depuis près de 4 ans à présent, et même si elle s'était imaginée la scène mille et une fois dans sa tête, elle ne su comment réagir devant le fait accompli. Devait elle le gifler, lui crier dessus pour l'avoir abandonnée et ne lui avoir donné aucune nouvelle en 4 ans? Ou bien devait elle lui sauter au cou et l'embrasser passionnément avant de lui avouer tout son amour?

Puis il y eut ce regard. Ce regard que l'on ne croise qu'une seule et unique fois dans sa vie. Ce regard, c'est celui de cette personne si chère à votre coeur qui vous dit « Non, je n'ai t'es pas oublié. Non, rien n'a changé. ».

Joanne laissa alors tomber ses paquets sur le sol et se dirigea vers Noah à pas lents. Une fois à quelles centimètres de lui elle posa une main sur sa joue en prononçant son prénom, comme pour se prouver qu'il était bien réel. Puis elle ne pu s'empêcher de le prendre dans ses bras.

« - Tu m'as tellement manqué...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noah N. Coolidge

Messages : 5
Date d'inscription : 08/09/2011


MessageSujet: Re: • Welcome Home • N&J   Sam 10 Sep - 2:02



NOAH & JOANNE._ WELCOME HOME.
13h45, je rentrai tout juste de Londres, où j'avais passé la nuit. Où j'avais passé les dernières quarante-huit heures, aussi. A défaut de me déhancher sur des musiques holé-holé et de passer du bon temps dans les boîtes les plus branchées de la ville, j'avais occupé mes jours et mes nuits à préparer un album solo, à sélectionner des chansons et à démarcher, dans la foulée, des plateaux de télévisions. Sans relâche j'avais essayé, sans relâche je m'étais démené et pourtant je n'avais connu, au final, aucun succès. Et pour être tout à fait franc, tout ça me désespérait complètement. Quand je pense que j'avais trouvé une perle, ma perle ! Quand je pense que j'étais persuadé qu'elle ferait carrière, que je le savais. Quand je pense que j'avais enfin trouvé mon nouvel artiste, cet être hors du commun, cette voix exceptionnelle... Quand je pense, que malgré tous mes efforts, il n'y avait pourtant rien à faire, j'en pleurerai presque. Parce qu'il n'y avait rien à faire, je ne pouvais rien en faire ! Cette jeune femme - aussi brillante et talentueuse soit-elle - n'en demeurait pas moins l'être le plus têtu qu'il m'ait été donné de connaître et, tenter de lui faire entendre raison équivalait en quelques sortes à se jeter dans "la fausse aux lions". Non vraiment, j'étais éreinté et à deux doigts de l'étrangler; j'avais besoin de faire une pause. Plus que toute autre chose, je devais m'éloigner, prends quelques jours de congés et réfléchir à la suite des évènements, à tête reposée; aussi avais-je naturellement choisi de la congédier quelques jours, en profitant dans le même temps pour rentrer me reposer. D'autant plus que ma villa, le confort qui la représentait et les habitudes que j'y avais me manquaient. Malheureusement pour moi, je n'aurai pas le loisir de retrouver tout cela, ni même de combler mon manque de sommeil dans l'immédiat. Non pas que je ne l'eusse pas souhaité, mais mon emploi du temps journalier était serré et ne me le permettait pas. D'ailleurs et en jetant un rapide coup d’œil à ma montre, je me voyais forcé de constater que j'avais tout au plus, le temps de rentrer me doucher avant de rencontrer le plus gros client de l'entreprise familiale - dont j'étais devenu et contre mon gré l'actionnaire majoritaire il y a de ça quelques années - crée par mes aînés. Ce que je fis d'emblée. Je n'avais plus le temps de rêvasser, désormais.

Ϟ Ϟ Ϟ

16h30. La journée avait été longue, affreusement longue et tout aussi ennuyeuse. Ayant passé l'après-midi à écouter un vieillard déblatérer sur la fugacité des années et compter ses "merveilleuses" épopées; je n'avais plus qu'une seule envie : rentrer me coucher ! Si seulement j'en avais eu la possibilité, me plaisais-je à penser tandis que je déambulais dans la grande allée du Westgate Shopping Centre, à la recherche d'un petit présent à offrir à ma jumelle bien aimée. Si seulement il m'était permis de rentrer ! pestais-je tandis que je choisissais - sans grande conviction - une gourmette de couleur argentée. Mais non ! Il avait fallu que les peintres et les maçons ne se décident à commencer les travaux de l'entrée dans la foulée, faisant un tintamarre à tout rompre et m'empêchant ainsi de me reposer comme il se devait. Bien que rien ne m'empêcha alors de regagner ma demeure "adorée", je ne voulais en aucun cas m'y risquer, qui sait ce qu'il pouvait encore m'arriver avec cette bande de dégénérés ! Déjà qu'ils avaient bien failli me tuer, l'été dernier ! J'en venais même à me demander pourquoi je les avais rappelés ! Enfin... j'allai bien trouver un moyen comme un autre de m'occuper en attendant qu'ils n'aient terminé. Il le fallait. [...] M'emparant alors du paquet et saluant les vendeuses, je quittai donc la bijouterie et rejoignait de nouveau l'allée centrale du centre commerciale où j'entrepris alors de marcher, ne sachant que trop peu où aller, les yeux rivés sur l'écran de mon agenda électronique. Planifiant quelques rendez-vous, en déplaçant certains et en supprimant même quelques autres, j'étais alors bien trop occupé pour prêter une quelconque attention à ce qu'il pouvait bien se passer autour. J'étais bien trop obnubilé par ma présente occupation pour les remarquer, j'étais bien trop préoccupé pour la remarquer. Du moins au début... Et, sa vision fut semblable à un électrochoc. Je n'en croyais pas mes yeux. Je dus même me pincer les lèvres pour m'assurer que je n'étais pas en train de rêver. Comment ? Pourquoi ? Par quel miracle ? Était-elle venue pour moi ? Était-elle heureuse de me revoir ? Mais plus encore, que faire ? Comment l'aborder ? Y avait-il une façon adéquate de le faire après toutes ces années ? Après ce silence interminable ? - Une façon convenable ? Non, mais tu te moques de moi ?! Réagis Noah ! Elle doit probablement te détester et, a coup sur elle va te sauter au visage et te hurler à quel point tu peux être un enfoiré. Je serai toi, je ne me ferai pas trop d'idées - . Je devais bien avouer que, sur le moment, le discours de cette tête à claques était parfaitement sensé. Tout comme lui, j'étais persuadé que Joanne me détestait et pour cause, je n'avais jamais trouvé le courage de la rappeler. En quatre et longues années, je n'avais jamais trouvé la force de la rappeler; faisant preuve d'une lâcheté peu commune, j'avais aussi manqué à ma promesse et personne ne pouvait imaginer à quel point je m'en voulais. Seulement les années avaient passé et j'avais fini par laisser couler, jugeant que Joanne méritait bien mieux qu'un pauvre schizophrène dégénéré et qu'il était préférable pour elle de m'oublier. De toute évidence, le temps en avait décidé autrement.

Silencieux dans un premier temps, nous restâmes donc immobiles, nous regardant dans le blanc des yeux avec torpeur, comme tétanisés. Puis et tandis que je lui décrochais un sourire timide, Joanne s'avança d'un pas lent et hésitant, qui se fut de plus en plus rapide à mesure que nos corps se rapprochaient. Puis, l'imprévisible se produisit. Alors que je croyais qu'elle me repousserait violemment, me giflant dans le meilleur des cas ou me crachant au visage en me hurlant que je la débectais, elle posa une main délicate sur mon visage, avant de se jeter dans mes bras, bredouillant à quel point j'avais pu lui manquer. Moi, comme Nataniele, en restions bouche-bée. Ce dernier s'empressa d'ailleurs de me le notifier. - Comme quoi ! Tous les fous ne sont pas enfermés ! Pardon, comme quoi tout peut arriver - « On dirait bien, ouai. Mais... Qu'est-ce que je fais ? » - Comment ça qu'est-ce que tu fais ? - pesta mon double maléfique, exaspéré - Non, mais t'es vraiment pas croyable toi ! MAIS PRENDS LA DANS TES BRAS, EMPOTE ! Tu aviseras, après -. Sans plus de réticences je m'exécutai alors, prenant ensuite et naturellement sa tête entre mes mains tout en lui baisant le front comme j'avais l'habitude de le faire par le passé.

« Toi aussi tu m'as manqué Joanne. Si tu savais comme tu as pu me manquer durant toutes ces années. Si tu savais... ». Trop ému pour élaborer un discours coordonné, trop ému pour trouver mes mots ou simplement continuer, je me contentais alors de balbutier en l'observant de manière attentive. Bien que le temps ne soit pas encore parvenu à lui dérober la douceur et la clarté de sa peau de bébé, elle avait un peu changé. En bien. En mieux. Elle avait l'air d'une femme comblée, assurée et déterminée. Joanne était magnifique, parfaite comme elle était. Elle l'avait toujours été.
Revenir en haut Aller en bas
 

• Welcome Home • N&J

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling :: to the faraway towns :: OXFORD-