AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour plus de sécurité, nous avons bloqué l'accès au forum pour les invités, les anciens membres de London Calling, peuvent cependant s'inscrire avec leur ancien pseudo, pour découvrir le contenu du forum ~

Partagez | 
 

 lyséandrosyn ♦ Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Lysander Tybalt Murray

Messages : 4
Date d'inscription : 05/03/2011


MessageSujet: lyséandrosyn ♦ Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière?   Sam 3 Sep - 17:39

Réveil difficile. Pourquoi ai-je amené cette fille chez Léandre ? Hier encore je me lamentais sur son absence de talent et voilà que je m'envoie en l'air avec elle. Je me masse un peu le crâne et jette un regard désespéré à la touffe noire qui dort encore. Carolyn Stowe, je ne pouvais pas faire pire. Résolution pour l'année universitaire qui s'annonce, ne plus récidiver avec une oxfordienne. Je prend une douche rapide et descend dans le salon ou je trouve Léandre assis devant son ordinateur; une tasse de café a la main, très probablement en train de travailler. « Je suis rentré un peu tard hier soir. Et accompagné. » « J’ai cru entendre ça, oui. » Je fais un rictus gêné avant de m'installer en face de lui et de grimacer. « C'est Carolyn Stowe. » je déclare solennellement, comme s'il s'agissait de la chose la plus terrible à avouer à son cousin. « Caro est là haut ? Pourquoi cette grimace. » Il semble amusé, quelle drame. Tiens tiens oui pourquoi une grimace ? On se demande. J'ai couché avec une psychopathe complétement hystérique mais à part ça aucune raison de grimacer. « T'es pas sans savoir que cette fille a quelques problèmes psychologiques. Si tu savais tout ce qu'Andrea m'a dis sur elle...surtout ne lui dis rien ma crédibilité en prendrait un coup.. » sa réponse fuse. « Andrea n’est pas la personne objectivement la mieux placée pour te parler de Carolyn… Je crois qu’ils ne se sont jamais tellement appréciés. » Oh comme c'est étonnant de la part d'Andrea. Bien que Léandre m'assure qu'il ne soit pas tellement objectif dans son jugement, j'ai du mal à ne pas considérer sérieusement son point de vue, de ce que j'en ai vu. « Caro vit dans son monde, mais c’est une très bonne amie de Tristan, je ne crois pas qu’elle soit si folle que tu le prétends. » de ce que j'en ai vu hier, malheureusement si. « Tu m'étonnes qu'il ne se sont pas appréciés, tu l'aurais vu hier soir...crois moi, de ce que j'en ai vu, c'est très objectif. » Je me sers un verre de jus d'orange posé sur la table et bois une gorgée. Je grimace une nouvelle fois. « On a fait tant de bruits que ça ? » Je le dévisage ayant comme peur de la potentielle réponse qu'il pourrait me fournir a ce sujet. « Assez pour que je sois au courant, en tout cas. » Je pose ma tête dans mes mains, manque de m'arracher les cheveux, comme c'est inconvenant. Léandre semble cependant captivé par un spectacle extérieur. « Qu’est-ce que Rose fout devant ? » Je lève les yeux et constate que la petite bourrue de la dernière fois fait des grands signes. Ils sont fous ces oxfordiens. Léandre se lève et nous sortons dehors pour tomber sur une Carolyn accrochée à la gouttière. « Juste ciel. » Je jette un coup d'œil à Léandre, l'air de dire, tu vois bien qu'elle a pas toute sa tête. « Mon appartement est pourvu d’escaliers, tu sais ? » Elle le sait, elle a juste choisi de l'ignorer comme une bonne psychopathe qui se respecte. Je hausse les sourcils alors qu'elle s'énerve après moi. « C'est même pas la peine d'y penser me touchez pa-aaaaaaaaaaah. » Et vlam la météorite a percé le sol et écrasé une de ses amies au passage. « Oups, désolée Rose, attends je vais t'aider à te relever. Toi là-bas reste à distance. » Je soupire et jette un regard entendu à Léandre. « Andrea avait raison. » La petite grommèle « Putain Stowe, tu fais chier ! » un peu quand même. « Il s'est passé quoi ici? Non parce que Léandre est au dessus de tout soupçon, mais quand même. » Je jette un nouveau coup d'oeil à Léandre l'air distrait. Il ne s'est rien passé ici. « Euh… » très utile, merci Léandre. Je continue de sourire, mais cette petite Rose semble bien décidée à mettre les pieds dans le plat. « Bon, je suis ravie de vous écouter jouer les enfants confus devant mon immeuble, mais on va pas y passer la journée. Qu'est-ce qu'il fout là celui là encore et Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière? » Je jette un regard provocateur à Carolyn. « Ah ? Tu habites ici ? C'est un joli quartier...  Je suis allée au Carling hier et j'ai un peu trop bu. Il a eu l'obligence de me ramener ici mais... mais pourquoi chez Léandre au juste ?  Enfin je t'expliquerai Rose. » Après une courte pause, Carolyn va saluer Léandre et entraine Rose. « Bon ben, voilà, on a un rendez-vous nous. Au revoir Léandre ! » Je me tourne moi vers Léandre désolé. « Je vais pas pouvoir rester non plus désolé Léandre...on en reparlera. » Je m'engouffre dans l'appartement pour aller chercher mes affaires, et monte dans un taxi.


_________________



Dernière édition par Lysander Tybalt Murray le Sam 3 Sep - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Léandre T. Von Brezen

Messages : 12
Date d'inscription : 29/08/2011


MessageSujet: Re: lyséandrosyn ♦ Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière?   Sam 3 Sep - 17:40

Je suis levé depuis un moment, et j’attend Lysander qui dort toujours pour lancer une opération bouffe que j’ai la flemme de mener tout seul. En attendant, je m’installe à mon ordinateur avec un café, pianotant quelques retouches pour un projet de collection. Au bout de quelques minutes, du bruit se fait entendre. « Je suis rentré un peu tard hier soir. Et accompagné. » Lysander descend, et s’installe en face de moi avec une grimace peu avenante. « J’ai cru entendre ça, oui. » J’hausse un sourcil et ferme mon ordinateur, interrogatif. « C'est Carolyn Stowe. » Oh. Je vois. « Caro est là haut ? » J’esquisse un sourire très légèrement amusé. « Pourquoi cette grimace ? » Il semble sûr de lui quand il répond. « T'es pas sans savoir que cette filles à quelques problèmes psychologiques. Si tu savais tout ce qu'Andrea m'a dis sur elle...surtout ne lui dis rien ma crédibilité en prendrait un coup.. » Je voiis. Je fronce un peu le nez, pose ma tasse. « Andrea n’est pas la personne objectivement la mieux placée pour te parler de Carolyn… » Et on se demande pourquoi. « Je crois qu’ils ne se sont jamais tellement appréciés. » Je hausse une épaule. « Caro vit dans son monde, mais c’est une très bonne amie de Tristan, je ne crois pas qu’elle soit si folle que tu le prétends. » Force est de reconnaitre que Caro est parfois un peu extravagante, ou originale, mais je suis convaincu que ce n’est pas une méchante fille. « Tu m'étonnes qu'il ne se sont pas appréciés, tu l'aurais vu hier soir...crois moi, de ce que j'en ai vu, c'est très objectif. » Je fronce le nez. « Peut être qu’elle t’a réservé un traitement spécial. » Je hausse une épaule, il a en même temps le don de se mettre dans des situations qu’il faut reconnaitre ingérables et compliquées. « On a fait tant de bruits que ça ? » Je ris un peu, amusé. « Assez pour que je sois au courant, en tout cas. » Je lui fais un clin plutôt amusé, puis plisse les yeux. « Qu’est-ce que Rose fout devant ? » Par la fenêtre, la jeune femme semble captivée par un spectacle des plus intéressants. Je fronce le nez, me demandant si ma maison est en train de prendre feu. Nous sortons sur le pallier, pour tomber non seulement nez à nez avec Rose, mais également avec Carolyn, suspendue à la goutière. « Caro… » « Juste Ciel. » Il me regarde, l’air désormais convaincu de ce qu’il avançait un peu plus tôt. Je m’approche pour tenter d’aider la malheureuse à descendre. « Mon appartement est pourvu d’escaliers, tu sais ? » Je jette un coup d’œil interrogateur vers Rose. Carolyn finit par s’échouer sur Rose, qui râle un peu. « Andrea avait raison. » Je hausse un sourcil. Force est de constater que la situation est pour le moins bizarre. « Putain Stowe, tu fais chier ! » Je grimace. « Il s'est passé quoi ici? Non parce que Léandre est au dessus de tout soupçon, mais quand même. » Le regard de Lys semble entendu, je grimace un peu plus. « Euh… » Je regarde Rose en haussant une épaule, je ne vais pas raconter si mon cousin ne veut pas le faire lui-même.


Dernière édition par Léandre T. Von Brezen le Ven 14 Oct - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
F. Carolyn Stowe

Messages : 37
Date d'inscription : 31/08/2011


MessageSujet: Re: lyséandrosyn ♦ Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière?   Sam 3 Sep - 17:54

« Hmmm... » Je me retourne dans mon lit en m'entortillant dans la couette. « Putain... » Qui a oubié de fermer les volets ? Je baille en me frottant les yeux, puis les ouvre. D'accooord... Ca, ce n'est pas ma chambre. Je me redresse difficilement et regarde autour de moi une main sur mon front. Des bribes de la nuit passée me reviennent en mémoire, me faisant gémir de mécontentement. Je ne boirai plus jamais. JAMAIS. Je me lève toujours enroulée dans la couverture et sautille jusqu'à ma boule de vêtements placée près de la porte. Cette chambre est étonnament impersonnelle, ce qui me conforte dans mon idée que cet homme n'est qu'un abruti vil et froid. Je sors dans le couloir pour entendre des bruits venant du rez-de-chaussée, la télé sans doute. J'hésite, quitte à ne plus jamais le voir, autant profiter de sa salle de bain. J'ouvre une porte au hasard et tombe dans une jolie salle blanche meublée d'une douche et de deux vasques. Parfait. Je me lave rapidement, m'habille et me mets en route pour faire une sortie fracassante quand une voix bien connue m'arrête sur la première marche de l'escalier.

« Je suis rentré un peu tard hier soir. Et accompagné. » « J’ai cru entendre ça, oui. » Oh mon Dieu. Non, pas lui. « C'est Carolyn Stowe. » « Caro est là haut ? » Non, NON ! Je fais un pas en arrière. Il est hors de question que Léandre me voit là. Comment faire ? « Pourquoi cette grimace ? » Je sursaute. Une grimace ? Ma fierté blessée me somme d'aller lui mettre une tarte mais je parviens à rester zen. Il ne perd rien pour attendre. « T'es pas sans savoir que cette fille à quelques problèmes psychologiques. Si tu savais tout ce qu'Andrea m'a dit sur elle...surtout ne lui dis rien ma crédibilité en prendrait un coup.. » Je serre le poing et me lève d'un bond. J'en ai assez entendu. Je retourne dans la chambre, la vue brouillée par la colère qui s'est emparée de moi. Repartir par la porte est impensable, j'avise la fenêtre, située au premier étage de l'immeuble.

Je soupire et me résigne à escalader la rembarde pour attraper la goutière, priant tous les saints pour qu'elle soit solide. Respire Caro, respiiiiiii-aaah ça glisse. Doucement là... « Stowe ? » C'est à peine audible, mais je l'entends. Je baisse la tête avec précaution. Merci mon Dieu. « Rooose, aide moi à desceeendre. » « Déjà, balance tes chaussures, personne fait de l'escalade urbaine en talons de 12. » Aha oui bien sûr, comme si c'était aussi simple. Je m'acharne à m'exécuter, quand elle reprend la parole, un peu trop fort à mon goût. « Mais qu'est-ce tu fous ? » « Chuuuuteuh Rose. Je peux pas te dire là, s'il m'entend... » Je grimace, lui faisant comprendre que ce n'est pas le moment de faire n'importe quoi. Je tente de descendre de quelques centimètres et dérape. « Attention ! » « Chuuuuuuuuuuuuuuuuut. » Un rire nerveux me secoue, j'ai du mal à me tenir. « Mets tes pieds bien à plat contre le mur, agrippe-toi à la gouttière avec les mains... Voilà comme ça... Doucement bordel, tu vas te rompre le cou ! » « Rooo-o-o-o-o-o-se, j'en peux plus. » Je pleure de rire, chose totalement improbable dans une situation pareille. Je hoquette, tremble, mes bras s'affaiblissent.

Soudain la porte s'ouvre sur Léandre et l'autre. Oh pitié. « Caro… » « Juste Ciel. » Je glisse sur quelques centimètres, le sol n'est plus qu'à deux mètres. « Mon appartement est pourvu d’escaliers, tu sais ? » Je renifle, la respiration toujours saccadée. « Je descendrai pas tant que lui il est là. » J'envoie mon pied dans la direction de Lysander avec agressivité. « C'est même pas la peine d'y penser me touchez pa-aaaaaaaaaaah. » Je lâche prise et vais m'écraser sur Rose qui tombe également à la renverse. Je glousse et me lève d'un bond. « Oups, désolée Rose, attends je vais t'aider à te relever. Toi là-bas reste à distance. » « Putain Stowe, tu fais chier ! » Je m'apprête à m'excuser une nouvelle fois quand j'entends Lysander souffler à Léandre « Andrea avait raison. » Je prends mon élan pour lui sauter à la gorge quand Rose intervient « Il s'est passé quoi ici? Non parce que Léandre est au dessus de tout soupçon, mais quand même. » Je me stoppe en me rappelant que j'ai des spectateurs. Le lâche regarde ailleurs et Léandre marmonne un « Euh… » des plus utiles. Je grince des dents et crache « Rien d'extraordinaire. »

Bien évidemment Rose ne se laisse pas convaincre et cherche à en savoir plus. « Bon, je suis ravie de vous écouter jouer les enfants confus devant mon immeuble, mais on va pas y passer la journée. Qu'est-ce qu'il fout là celui là encore et Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière? » Je tente un changement de sujet désespéré. « Ah ? Tu habites ici ? C'est un joli quartier... » Le regard qu'elle me lance m'oblige à répondre la mort dans l'âme. « Je suis allée au Carling hier et j'ai un peu trop bu. Il a eu l'obligence de me ramener ici mais... mais pourquoi chez Léandre au juste ? » Rose semble sur le point d'exploser. « Enfin je t'expliquerai Rose. » Pas devant Léandre. « Bon ben, voilà, on a un rendez-vous nous. Au revoir Léandre ! » Je vais lui faire une bise et entraine Rose à ma suite sans un regard pour Lysander.

_________________


Attends que mon monde se bâtisse,
ne cherche pas de miracle avant que n'éblouisse mon coeur écarlate.


Dernière édition par F. Carolyn Stowe le Sam 3 Sep - 21:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rose M. Foster

Messages : 131
Date d'inscription : 31/08/2011
Localisation : Oxford FTW


MessageSujet: Re: lyséandrosyn ♦ Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière?   Sam 3 Sep - 19:19

Ayant décidé qu'il était grand temps d'avoir de nouveau une vie sociale normale et donc, de sortir de chez moi, je me suis levée tôt aujourd'hui. Et j'ai nettoyé l'appartement, qui en avait grand besoin vu que j'ai passé ces deux dernières semaines à manger des plats livrés à domicile et mes seules sorties avaient pour but de boire ou pourrir un peu la vie des mes amis, ou non amis d'ailleurs. Maintenant que les derniers cartons de pizza ont été expédiés dans le local à poubelles et que je suis moi aussi propre et présentable, je m'octroie une pause et vais me chercher un smoothie au juce bar, quelques rues plus loin. Il fait bon vivre dans un endroit qui respire la hype étudiante, tout est à portée de main. Le trajet est très rapide et en moins de 10 minutes je suis de retour chez moi, une décoction vitaminée aux fruits rouges à la main. Mais avant que je ne compose le code de l'entrée, je capte du coin de l'oeil un mouvement au niveau d'une des fenêtres du premier étage. Je lève les yeux, réalisant qu'il s'agit de l'appartement de Léandre et que cette silhouette aventurière n'est autre que... Non? « Stowe ? » Je ne prends même pas la peine de masquer ma surprise, puisqu'il s'il y a une chose à laquelle je ne m'attendais pas, c'est de voir Carolyn faire le mur. Chez Léandre.

« Rooose, aide moi à desceeendre. » J'ai du mal à croire que Frei soit aussi inexpérimentée dans l'art de se faire la malle par la fenêtre, après tout, elle vit toujours chez sa mère. Mais force est de constater qu'elle n'est pas très douée. « Déjà, balance tes chaussures, personne fait de l'escalade urbaine en talons de 12. » Puis, de nouveau frappée par cette scène incongrue j'ajoute « Mais qu'est-ce tu fous? » « Chuuuuteuh Rose. Je peux pas te dire là, s'il m'entend... » Un nombre considérable d'explications à cette trouille d'être prise sur le fait naît dans mon esprit, entre partie de jambes en l'air coupable et effraction. Mais connaissant Carolyn, je sais que la réalité sera encore plus improbable que tout ce qui peut me traverser l'esprit. Je lève les yeux au ciel puis lâche un « Attention ! » sonore, cette quiche vient de passer à deux doigts d'une chute dangereuse. « Mets tes pieds bien à plat contre le mur, agrippe-toi à la gouttière avec les mains... Voilà comme ça... Doucement bordel, tu vas te rompre le cou ! »

La porte de l'immeuble s'ouvre alors sur la silhouette de Léandre et ce garçon qui refusait l'idée du mauve à la petite sauterie pour TWF et ASDL. Je fronce les sourcils, en me demandant quel affreux spectacle la garçonnière du jeune Von Brezen a bien pu accueillir... « Mon appartement est pourvu d’escaliers, tu sais ? » ironise-t-il d'ailleurs. Diantre, que s'est-il passé? « Je descendrai pas tant que lui il est là. C'est même pas la peine d'y penser me touchez pa-aaaaaaaaaaah. » Je jette un oeil à notre hystérique favorite, qui avec ses conneries va finir par se casser la figure. Et ça ne manque pas, elle lâche la gouttière et s'écrase droit sur ma frêle personne, utilisant mon petit corps fragile comme coussin amortisseur « Aouch... » « Oups, désolée Rose, attends je vais t'aider à te relever. Toi là-bas reste à distance. » Je prends sa main tendue, grommelle entre mes dents quelques remarques, tandis que Lysander lâche « Andrea avait raison. » Je l'ignore royalement, bien trop occupée à en vouloir un peu à Carolyn « Putain Stowe, tu fais chier ! » Je masse mes reins endoloris, je vais écoper d'un beau bleu à cause de cette andouille. Je coule un regard suspect vers les deux garçons « Il s'est passé quoi ici? Non parce que Léandre est au dessus de tout soupçon, mais quand même. »

« Euh… » lâche alors Léandre, visiblement gêné. Caro crache un « Rien d'extraordinaire. » Je suis pour le moins confuse, la scène n'a franchement rien d'ordinaire. Le dénommé Lysander préfère ne rien dire et je suis prête à parier qu'il a quelque chose à voir dans cette affaire. « Bon, je suis ravie de vous écouter jouer les enfants confus devant mon immeuble, mais on va pas y passer la journée. Qu'est-ce qu'il fout là celui là encore et Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière? » J'avale quelques gorgées de ma boisson, me sentant presque comme au cinema. « Ah ? Tu habites ici ? C'est un joli quartier... » Bien tenté, mais mon regard est clair, elle ne m'aura pas. Surtout pas aussi facilement. « Je suis allée au Carling hier et j'ai un peu trop bu. Il a eu l'obligence de me ramener ici mais... mais pourquoi chez Léandre au juste ? » Pas de réponse. Et je me doute qu'elle ne me raconte pas le fin mot de l'histoire et j'en suis passablement agacée « Enfin je t'expliquerai Rose. » Soit, je ne lâcherai pas l'affaire de toute façon. Mais comme la vue de cet individu venu la ville honnie de Cambridge semble la révulser, je cède et la laisse nous pondre une sortie peu élaborée pour une aspirante comédienne [color=lightcoral« Bon ben, voilà, on a un rendez-vous nous. Au revoir Léandre ! »[/color] Elle lui fait une bise, je le salue d'un geste de la main et la brune m'entraîne au loin. Heureusement que j'ai pris mon sac avec moi et que je suis décemment vêtue et coiffée... Mais il est vrai, nous avons un appartement à aménager et un non-mariage à organiser. Il faudra revenir chercher ma robe mauve par contre, Carolyn sera bien obligée de faire face à ses démons.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: lyséandrosyn ♦ Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière?   

Revenir en haut Aller en bas
 

lyséandrosyn ♦ Stowe, par tous les saints, qu'est-ce que tu fichais sur cette gouttière?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Calling :: to the faraway towns :: OXFORD-